Grossesse et imagerie cérébrale - NPO Sages-femmes

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Grossesse et imagerie cérébrale

La recherche des scientifiques

L’IMAGERIE CEREBRALE AU SERVICE DE LA GROSSESSE ET DE L'ACCOUCHEMENT

A l’heure actuelle, il pourrait y avoir une explication physiologique aux problèmes cognitifs (perte de mémoire et de concentration) dont se plaignent les femmes enceintes.

Les chercheurs (anesthésistes et radiologues) ont étudiés trois groupes de femmes en « résonance magnétique » donnant une image tridimensionnelle du cerveau :

Le 1 er groupe     : en phase de fin de gestation.


Le 2 ème groupe  : 6 à 8 semaines après l’accouchement.


Le 3 ème groupe  : de 3 à 6 mois plus tard.



En comparant les images on a observé une diminution du volume du cerveau pendant la grossesse et après l’accouchement, alors que l’hypophyse augmentait de volume.
Lorsque la physiologie de ces femmes revenait à l’état initial (avant la grossesse), le cerveau retrouvait un volume normal. Ces modifications seraient liées à un changement du volume des neurones par un mécanisme encore inconnu et en cours d’étude. Encore une fois, cette découverte semble « accidentelle », puisque l’expérience était destinée à observer si le cerveau des femmes en H.T.A. ou pré-éclampsies présentait des phénomènes d’oedèmes comme on peux en observer au niveau du visage, des jambes et des bras. C’est l’effet inverse qui fut observé et amena à l’étude comparative avec les trois groupes témoins.

Les neurobiologistes peuvent rendent compte ainsi des modifications anatomiques et physiologiques du cerveau qui apparaîtraient pendant la grossesse et l’accouchement .

Moore P, « Pregnant women get that shrinking feeling » New Scientist 11 Janvier 1997 p.5 interwiew de Holderoft A du« Royal post graduate medical school in London».


 
Retourner au contenu | Retourner au menu